1

Soupe durable et solidaire

Après une sensibilisation des élèves au problème du gaspillage alimentaire, ils ont appris à connaître ou reconnaître des fruits et légumes, à savoir utiliser des fruits et légumes de saisons, préférer les productions locales, utiliser des fruits et légumes qui peuvent être un peu abîmés ou « moches ». Après avoir démarché des grandes surfaces, ils ont récupéré des légumes plus vendables pour confectionner une soupe proposée au self du lycée.

Ce projet remarquable interroge nos logiques de consommation et met en lumière certaines incohérences de notre système alimentaire. La recherche de solutions via le travail en équipe, interdisciplinaire et inter-filières enrichit les réflexions. Il s’agit de prendre conscience et de trouver des moyens de pallier le gaspillage alimentaire, tout en se régalant !

Fiche projet à télécharger

Revivez la remise des prix et la présentation du projet par la classe :

Remise du Prix ALIMENTERRE 2021 from CFSI ALIMENTERRE on Vimeo.

 




L’association Lafi Bala présente ses nombreux projets d’éducation à la citoyenneté avec des classes de lycée

Le festival de films documentaires ALIMENTERRE piloté au niveau national par le CFSI (Comité Français pour la Solidarité Internationale) se tient chaque année du 15 octobre au 30 novembre depuis 2007. Des milliers d’événements sont proposés dans 600 communes de France et 12 pays autour d’une sélection annuelle de 8 films documentaires offrant un autre regard sur le monde et les dérives de notre système alimentaire mondialisé. Le festival ALIMENTERRE part à la rencontre de celles et ceux qui s’engagent pour une alimentation durable et solidaire, ici et dans le monde.

Sur plus de 1 300 événements à l’échelle globale l’an passé, plus de la moitié ont été organisés en milieu scolaire : projections-débats, ateliers, marchés, conférences…  Cela peut prendre de multiples formes et s’inscrire dans un projet qui court sur l’année scolaire. Un tel succès ne pourrait voir le jour sans le concours d’enseignant·es impliqué·es qui articulent les projections avec leurs référentiels.

Sur notre territoire d’Est Occitanie (ex région Languedoc-Roussillon) où l’association Lafi Bala est coordinatrice régionale depuis la création du festival, 1000 jeunes ont « vécus » le festival. Le film est un support intéressant pour sensibiliser à nos thématiques. Images et sons permettent d’aborder des sujets, parfois complexes, de façon concrète. Adapté à une société de l’image où les écrans prennent de plus en plus de place, nous nous informons en majorité par ce biais. Voir, entendre, prendre le temps de cheminer dans une histoire… Le film est un outil idéal pour s’imprégner de la vie des autres, en particulier sur des réalités qui se passent à l’autre bout du monde, ceci est un objectif important dans le travail de l’association.

Zoom sur un projet …

A titre d’exemple, nous avons organisé plusieurs séquences d’animations en direction d’une classe de terminales ES du Lycée Jean Monet de Montpellier autour du film l’empire de l’or rouge de Jean Baptiste Mallet, faisant partie de la sélection 2018. Des confins de la Chine à l’Italie, de la Californie au Ghana, Jean-Baptiste Malet a mené une enquête inédite sur l’industrie de la tomate transformée. Il a rencontré traders, cueilleur·ses, entrepreneur·ses, paysan·nes, généticien·nes, industriel·les.

L’objectif des professeures d’économie et d’histoire était que les élèves acquièrent des connaissances sur ce sujet et organisent et animent une projection débat de ce film auprès de 60 élèves du lycée.

Nous sommes donc intervenues sur une première séance dans le but de doter les élèves de connaissances sur notre système alimentaire globalisé afin qu’il·elles puissent ensuite voir le film enrichi·es de notions et de concepts fondamentaux. Nous avons donc joué au « jeu de la ficelle » (http://www.quinoa.be/je-minforme-3/outils-pedagogiques/jeu-de-la-ficelle/), jeu interactif qui permet de représenter par une ficelle les liens, implications et impacts de nos choix de consommation. Cela offre un éclairage sur les relations entre le contenu de l’assiette moyenne et diverses problématiques comme la qualité de l’eau, la dette extérieure d’un pays du Sud, la malnutrition, le réchauffement climatique ou les conditions de travail d’un·e ouvrier·ère au Costa Rica. Cette première intervention s’est clôturée par un débat mouvant sur la thématique, afin que les jeunes étayent leur opinion et travaillent leur argumentation sur le sujet mais qu’il·elles entrevoient aussi une première forme d’animation de débat.

La seconde séance a commencé par la projection du film, suivie d’échanges et d’éclaircissement sur cette filière tomate. Ont ensuite été présentées aux élèves diverses formes de débat (boule de neige, world café). S’en est suivi un échange sur la posture de l’animateur·rice et les clés pour un débat réussi.

La classe a donc mis en pratique ces apprentissages auprès de leur pair·es la semaine suivante. Elle a animé, après la projection, un moment d’échange avec leurs camarades, suivi d’un débat mouvant avec des items créés avec leurs enseignantes.

Ce déroulé et cette mise en situation ont permis à cette classe d’aborder, par le jeu, des concepts qu’ils·elles étudieront en économie durant leur année de terminale, d’aiguiser leur point de vue et leur capacité à débattre, à animer.

Nous avons également animé une séquence pédagogique auprès de 5èmes du lycée La Gardiole à Gigean co-créé avec l’enseignante de SVT pour suivre le film Cousin comme cochon, de Mathurin Peschet. Son constat, sa région abritant près de 3 millions d’habitants produit près de 14 millions de porcs par an, mais on ne les voit pas… Après un court débat, les élèves, via un jeu d’enquête que nous avions conçu pour l’occasion, ont retracé la vie d’un porc en élevage conventionnel et biologique. Une  séquence de lecture d’emballages leur a permis de se questionner sur la traçabilité, l’ultra transformation, les diverses filières sur le marché, les labels. Nous avons terminé notre après-midi par une dégustation de jambon cuit à la couleur bien particulière, sans nitrites.

 

Les jeux, compléments incontournables de projets réussis….

Lafi Bala conçoit et édite des outils pédagogiques qu’elle anime, en particulier des jeux de rôle. Le jeu permet de se mettre à la place de « l’autre » pour mieux le comprendre.
Comprendre le point de vue de l’autre pour se forger le sien. Favoriser l’apprentissage par les pair·es est une méthode que l’on affectionne car elle permet une modification du rapport de l’apprenant·e au savoir, elle favorise également l’émergence des savoirs informels, c’est un partage qui renforce également les modalités de collaboration et la confiance en soi.

Chaque année, nous établissons et diffusons une liste d’outils pédagogiques (photolangages, jeux de rôle, jeux de plateau, mises en situation…), dont une majorité en libre téléchargement pour un accès à tous·tes, pour chaque film de la sélection du festival. Cela afin que les enseignant·es puissent soit introduire la thématique du film en amont ou continuer la réflexion amorcée par le film après projection. Nous nous tenons à la disposition des enseignant·es pour co-construire des séquences par le biais du soutien de la région Occitanie. N’hésitez plus !

Caroline & Marie

Animatrice ASSOCIATION LAFI BALA

Coordinatrice régionale Festival AlimenTERRE

Plus d’infos et de contacts : http://www.lafibala.org/


Par ailleurs il peut être intéressant de dire en complément que Le RED et LAFI BALA c’est une riche histoire commune avec de nombreuses collaborations et des liens d’amitié  forts qui perdurent. De nombreux outils d’ECSI et journées événements dans de nombreux lycées agricoles au niveau national ont été suivis et élaborés ensemble : Les jeux de la banane, de la pêche, du cacao, planète alimentation, Tzigani drom……

Enfin, ce type de partenariats (lycée – associations) peuvent être financés dans le cadre de projets soutenus par les collectivités locales (Conseil Régional – projets éducatifspour les lycées) et du dispositif Tandems-solidaires pour certaines régions.





Un projet européen de kit pédagogique pour enseigner les systèmes alimentaires locaux et durables (SALD)

Le projet

Contexte

L’Union européenne (UE) favorise une croissance durable en mettant en œuvre des objectifs environnementaux et sociaux par le biais de la stratégie Europe 2020 et de la politique agricole commune. Les systèmes alimentaires locaux et durables (SALD) apparaissent comme un pilier de cette politique, car ils sont  à la croisée de nombreuses questions : l’agriculture durable, l’atténuation des changements climatiques, la réduction de la pauvreté et la sécurité alimentaire. En effet, l’agriculture durable et les ventes locales réduiront l’empreinte environnementale de la production et du transport alimentaires. Elles auront  des conséquences sur la pauvreté et les liens sociaux en rapprochant les producteurs alimentaires et les consommateurs d’aliments, en encourageant le développement rural et en apportant de la valeur aux agriculteurs.

Les SALD  exigent de nouvelles compétences que les enseignants et les formateurs doivent développer. Les méthodes pédagogiques doivent être basées sur une approche systémique et multidisciplinaire utilisant, entre autres, les techniques, l’observation, la démonstration et les études de cas.

L’enseignement et la formation professionnelle jouent un rôle clé dans la sensibilisation et l’autonomisation des futurs producteurs, consommateurs et acteurs agricoles dans ces domaines.

 

Partenaires du projet

Le projet EduclocalFOOD est un projet de partenariat entre un établissement public national, le CEZ-bergerie nationale (France), l’Université des ressources naturelles et des sciences de la vie de Vienne (Autriche), l’Université de Lisbonne (Portugal), l’Université de Maribor (Slovénie) et l’Observatoire européen du paysage de l’arc latin (Italie).

 

Enjeux liés au projet

-Améliorer les systèmes de formation agricole existants et la qualité de la formation elle-même,

-Augmenter et rendre possible la mise en œuvre de pratiques innovantes,

-Permettre aux différents partenaires de travailler dans un environnement coopératif international.

 

Objectif du projet

Professionnaliser et aider les enseignants et les formateurs travaillant dans l’enseignement agricole afin d’enseigner les systèmes alimentaires locaux et durables.

 

Résultats attendus

Les partenaires développeront et diffuseront des outils éducatifs communs et innovants pour aider les enseignants et les formateurs de toute l’Europe à transmettre les connaissances et les compétences de SALD.

 

3 rapports :

-Un diagnostic et une analyse comparative sur les SALD

-Un diagnostic dans chaque pays partenaire et une analyse comparative des pratiques pédagogiques innovantes

-Un diagnostic des besoins des outils pédagogiques pour l’enseignement des SALD

Kit pédagogique, sur la base des résultats des rapports préliminaires

Plus d’informations et ressources sur : https://www.educlocalfood.eu/fr/pages/vie-associative.html




Le Climat dans nos assiettes – projet lauréat du prix Alimenterre 2019 avec la MFR LA PALMA (AUVERGNE RHÔNE-ALPES)

Plus d’infos et étapes du projets :

Concours Le climat dans nos assiettes [pdf.772ko]




Revivez en vidéo la journée régionale du réseau EADRSI Occitanie 2019

Extrait de l’Article sur le projet :

« Dans le cadre du projet régional « Vers une alimentation durable et solidaire, ici et là-bas » porté par le réseau d’Éducation au Développement Rural et à la Solidarité Internationale (EADR-SI) du CNEAP Occitanie, huit établissements d’enseignement agricole privé se sont rassemblés jeudi 28 mars à Rieumes (31). Cette rencontre qui s’inscrit dans la mission de coopération internationale des lycées, du parcours citoyen et de l’engagement des élèves pour un meilleur « vivre ensemble » a réuni 200 personnes dont 160 jeunes ayant pris part à des actions de sensibilisation et de solidarité dans leurs établissements depuis la rentrée scolaire 2018 sur la thème de la lutte contre la faim et pour une alimentation plus saine et durable en France et ailleurs.

La rencontre a été organisée par les correspondants régionaux du réseau EADR-SI et le lycée professionnel Le Savès (Rieumes) grâce au soutien financier de la Région Occitanie-Méditerranée, du CNEAP Occitanie et à la mise à disposition d’installations appartenant à la Mairie de Rieumes.

Bravo à Yves et David pour l’animation de ce formidable réseau régional et cette initiative qui marquera les jeunes. »

Suite de l’article et contacts sur : http://www.solidacoop-cneap.fr/2019/04/08/rassemblement-eadr-si-alimentation-solidaire-et-durable-a-rieumes/