A St Palais (64), Coopération rime avec Solidarité

/ Le réseau en actions

En s'appuyant sur les stages à l'étranger (50 % des effectifs) l'établissement s'implique dans la solidarité internationale

Présentation de l’action

Présentation par Paul CARRICABURU Paul (référent coopération de l’établissement et correspondant du réseau CNEAP EADRSI) des projets de l’établissement, de l’accueil du WE de préparation au départ et de valorisation des stages à l’étranger en Afrique et en Asie et aussi de projets intéressants et généreux avec des réfugiés.

 

Paul-Carricaburu

RED : Peux-tu nous présenter les actions de coopération et de solidarité internationale de l’établissement de St Palais

Paul : Les projets concernent essentiellement les stages à l’étranger des étudiants. Les stages individuels des BTS en première année (STA, TC, ACSE et GPN). Sur une centaine d’étudiants en première année une cinquantaine partent à l’étranger. Aussi, nous réalisons des journées de solidarité dans le cadre de la SSI (semaine de la solidarité internationale) au mois de novembre et de la campagne Alimenterre (où on aborde les enjeux alimentaires, les méthodes agricoles alternatives…). Ce temps fort de Novembre est un moment important pour aborder la solidarité.

RED : L’établissement accueille les réseaux jeunes Afrique Asie cette année. Dans ce cadre vous invitez des migrants, avec lesquels vous menez d’autres projets pédagogiques. Tu peux nous en parler ?

IMG_4763

Paul : Oui, nous accueillons les RJAA (rassemblement de jeunes pour l’Afrique Asie), que j’ai connu il y a trois ans à Valence. Et dans ce cadre-là on a pu liersur une journée l’accueil de migrants qui sont dans un centre de vacances pas loin du lycée et cela a permis qu’ils aient un échange avec d’autres jeunes puisqu’il s’agit de personnes qui ont une moyenne d’âge autour de 20 ans. Ils ont pu participer aux activités des RJAA et échanger avec les jeunes du même âge sur le site. Et c’est un sujet sur lequel nous aurons encore la possibilité de faire des choses avec ces personnes pour en faire profiter nos jeunes dans nos établissements.

RED : Peux-tu nous parler du projet d’échange avec les BTS ACSE et les réfugiés ? Comment arriver à créer un bon échange malgré les situations de vie des différentes entre tes étudiants et ces jeunes migrants ?

Paul : C’est surtout grâce à l’association qui a accueilli ces migrants. La première action sera d’aller avec une classe de BTS et de faire un repas en commun. C’est-à-dire que nos élèves vont préparer à manger pour la moitié du groupe et les migrants vont préparer à manger pour l’autre moitié. Dans le temps de préparation et le repas lui-même l’idée est de créer des moments d’échanges.

images.duckduckgo.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.