1

Tukkiroom, la chambre du voyageur, pour aborder la question migratoire

Texte tiré du site du projet :

« Tukkiroom, une installation proposée par Gilles Balizet, Sylvie Bredeloup, Charles Grémont (IRD, LPED) et Ludo Mepa (Les Obliques, la Disquette). A partir d’observations et d’entretiens réalisés au Mali, au Maroc et au Sénégal auprès des voyageurs et voyageuses.

Tukkiroom, la chambre du voyageur en anglo-wolof…

L’idée ici est de reconstituer l’ambiance d’un lieu frugal où les migrants africains font une halte, se croisent et se retrouvent, échangent, partagent des repas, se reposent avant de reprendre la route ou après le travail .

Ressources et contacts pour organiser l’exposition dans votre lycée : https://www.tukkikat.com/tukkiroom




Guide Etwinning pour développer l’ouverture européenne et internationale de son établissement

Publié à l’occasion des 30 ans d’Erasmus, ce guide est l’occasion de rappeler que le programme est ouvert à des publics très divers. Depuis sa création en 1987, le programme Erasmus devenu Erasmus + (2014-2020) a bénéficié à 9 millions d’apprenants européens dont 1 million de français. Pour l’enseignement scolaire en France, cela représente environ 111 300 mobilités physiques d’élèves, enseignants et   personnels.
Pour la mobilité virtuelle sur eTwinning, ce sont 480 000 enseignants et 180 000 établissements européens inscrits
sur la plateforme depuis 2005, soit plus de 50% des établissements scolaires en Europe.
Nous souhaitons que ce guide réponde à vos attentes et nous sommes convaincus qu’il suscitera chez vous l’envie d’aller plus loin et de participer à cette formidable aventure de la construction européenne des écoles et des lycées !
Sommaire  :
ÉDITORIAL
FICHE N° 1
ETWINNING
………………………………………………………………………………………………………………………….
.
P. 5
FICHE N° 2
ÉTUDE DE CAS D’UN PROJET ETWINNING
………………………………………………………..
P.1 3
FICHE N° 3
PROJETS DE MOBILITÉ DE FORMATION DU PERSONNEL SCOLAIRE
(ACTION CLÉ 1)
……………………………………………………………………………………………………………………
P.1 7
FICHE N° 4
ETWINNING DANS LES PROJETS DE MOBILITÉ DE FORMATION DU
PERSONNEL SCOLAIRE
………………………………………………………………………………………………….
P.20
FICHE N° 5
ÉTUDE DE CAS D’UN PROJET DE MOBILITÉ DE FORMATION DU
PERSONNEL SCOLAIRE
………………………………………………………………………………………………….
P.23
FICHE N° 6
PROJETS D’ÉCHANGES SCOLAIRES (ACTION CLÉ 2)
………………………………….
P. 2 7
FICHE N° 7
ETWINNING DANS LES PROJETS D’ÉCHANGES SCOLAIRES
…………………..
P.30
FICHE N° 8
ÉTUDE DE CAS D’UN PROJET D’ÉCHANGES SCOLAIRES
…………………………..
P.33
FICHE N° 9
RESSOURCES
……………………………………………………………………………………………………………………….
P. 37
FICHE N° 10
QUI CONTACTER ?
…………………………………………………………………………………………………………….
P.40
Guide à télécharger : https://www.etwinning.fr/fileadmin/documents/guides/Guide_eTwinning_dans_Erasmus__2017.pdf



Dollar street – Site interactif pour découvrir comment les gens vivent réellement aux 4 coins du monde

Extrait du site « Dollar Street a été créé par Anna Rosling Rönnlund à Gapminder.

« Pendant 15 ans, elle a passé ses journées de travail à rendre les données mondiales publiques plus faciles à comprendre et à exploiter.Au fil des ans, elle s’est sentie de plus en plus frustrée: choisir avec soin les données pour les présenter dans des graphiques dynamiques et colorés, ce qui a grandement faciliter la compréhension des tendances mondiales publiques et les modèles. Mais cela ne n’a pas toujours permis de comprendre la vie de tous les jours, telle qu’elle est vécue dans les différents niveaux de revenus. En particulier, dans des lieux qui sont si éloignés de chez soi. “Les gens appartenant à d’autres cultures sont souvent décrites comme effrayante ou étranges.” Anna explique: “Cela doit changer. Nous voulons montrer comment vivent réellement les gens. Il m’a paru naturel d’utiliser les photos comme informations afin que les gens puissent voir par eux-mêmes à quoi ressemble la vie dans les différents niveaux de revenus. Dollar Street vous permet de découvrir tellement de ménages de partout dans le monde. Sans avoir à vous déplacer.”

Une équipe de photographes a filmé plus de 200 ménages dans près de 50 pays. Dans chaque ménage, le photographe passait une journée pour faire des photos de près de 135 objets, comme les brosses à dents ou la paire de chaussure préférée. Les photos sont par la suite indexées (rôle du ménage, nom de la famille et le revenu).

Dollar Street est un projet développé par Gapminder.  En savoir plus sur Gapminder ici.

Accédez au site Dollar Street : www.gapminder.org/dollar-street

 




Le Dixit revisité

11552208054_226fe727be_zPrésentation Wikipédia « Dixit est un jeu de société célèbre et primé à de nombreuse reprise. Il a été créé en 2008 par Jean-Louis Roubira et illustré par Marie Cardouat. Régis Bonnessée a participé à sa création et c’est sa société Libellud qui édite le jeu. »

leolia (étudiante en projet tutoré pour le RED en 2016) : « Nous nous sommes réapproprié ce jeu afin de l’utiliser dans le cadre d’un travail de groupe sur l’altérité et plus particulièrement sur les différences de perceptions ».

Le RED utilise aussi ces cartes pour que les participants à un projet ou à une journée de formation se présentent ou évaluent la journée. L’imaginaire proposé par ces cartes peut aussi permettre de réaliser un photolangage.

 

 

 




L’espérance de vie et indicateurs de développement

CaptureLe site gapminder (des statistiques mondiales)

Comprendre d’où viennent les écarts d’espérance de vie, un indicateur de développement

Cette présentation peut arriver après le jeu des cartes (tiré du même site)




Dans les yeux d’Abdi

CaptureUne vidéo classique pour aborder la notion d’interculturel




Recueils de brise-glaces et icebreakers

Icebreaker, brise glace, warm up, échauffement, on peut bien les appeler comme on veut mais avant de commencer une séance de travail collaboratif, comme avant une séance de sport, il s’agit de bien s’échauffer, sinon gare au claquage !
Travailler en groupe, ça n’est pas si simple. Chacun doit pouvoir s’exprimer, apporter sa contribution, construire avec les autres dans un climat positif propice à l’échange, tout en laissant de côté ses problèmes personnels pour se concentrer sur l’instant présent.
Globalement, un icebreaker doit permettre d’initier les interactions entre les participants.




Contes et légendes du monde

14776527195_9f99a1cf8a_mTous égaux – Tous différents

Les contes sont l’une des formes d’expression les plus intéressantes et les plus
significatives d’une culture. Ancrés dans l’histoire, transmis verbalement, les contes
véhiculent aussi les principales valeurs culturelles. Cette activité fait appel aux
contes pour explorer nos perceptions (et nos préjugés) des différentes cultures.

• Éveiller la curiosité des participants à propos des contes d’autres cultures et
peuples.
• S’attaquer aux stéréotypes et aux préjugés au sujet des valeurs des autres
cultures.
• Éveiller la curiosité à l’égard des autres peuples, cultures, musiques et langues.
• Remettre en question les opinions des participants et instaurer une bonne
ambiance au sein du groupe.




Perdu sur la lune

7973856934_020c6fc324_mL’exercice consiste à imaginer que des astronautes se sont perdus sur la face éclairée de la
Lune, à plus de trois cents kilomètres de leur fusée. Une grande partie du matériel contenu
dans le véhicule d’exploration lunaire a été endommagée. Il ne reste que quinze objets qui
doivent permettre de survivre et de rejoindre la fusée à pied. (Les astronautes sont
évidemment revêtus de leur combinaison spatiale.) La tâche proposée consiste à classer les
quinze objets, du plus indispensable (coté 1) au moins utile (coté 15).
Chacun rempli d’abord individuellement un classement qu’il ne faudra pas modifié.
On forme ensuite des groupes de 4 ou 5 et chaque groupe élabore un classement. On compare finalement les résultats avec un classement type
fourni par les experts de la Nasa. Le travail en groupe doit être plus proche de celui de la Nasa que le travail individuel.

Voir la fiche activité à télécharger pour la suite




LES POST-IT

5141328136_16d8f73ee7_mLa spécificité de cette méthode est de faciliter l’expression personnelle autour d’un thème choisi.
Les post-it permettent d’atteindre un ou plusieurs des objectifs suivants :

  • Prendre conscience que l’on n’est pas seul à avoir un point de vue, ou une crainte.
  • Envisager des possibles.

Dans le cas d’une préparation à la mobilité (individuelle ou de groupe), l’objectif principal est de faire en sorte que l’expérience se passe dans les meilleures conditions et soit la plus riche possible. Pour cela :

  • Identifier et prendre conscience des thématiques majeures relatives aux attentes, aux craintes et aux motivations des apprenants.
  • Dédramatiser (prendre conscience que nous ne sommes pas seul à avoir ces craintes).
  • Eviter les erreurs de démarche ou de comportement.