Journée spéciale « Alimenterre » entre les BTS ACSE et l’université d’Albi

/ Le réseau en actions

Présentation de l’action Visionnage Les élèves du M2 Gestion Sociale de l’Environnement et Valorisation des Ressources Territoriales ont organisé une projection-débat du film « Faut-il arrêter de manger des animaux ? » de Benoît Bringer à l’occasion du festival AlimenTerre pour les élèves du BTS Analyse et Conduite de systèmes d’exploitation du Lycée agricole de […]

Présentation de l’action

Visionnage

Les élèves du M2 Gestion Sociale de l’Environnement et Valorisation des Ressources Territoriales ont organisé une projection-débat du film « Faut-il arrêter de manger des animaux ? » de Benoît Bringer à l’occasion du festival AlimenTerre pour les élèves du BTS Analyse et Conduite de systèmes d’exploitation du Lycée agricole de Fonlabour.

Débat

Le débat a tourné autour de l’impact du choix du consommateur puis autour des difficultés que rencontrent les producteurs pour changer de pratiques sur leur exploitation pour finir sur les possibles choix politiques pourvant aider les producteurs à s’orienter vers une agriculture plus durable.

Jeu de rôle

Chaque participant a pioché un rôle au hasard (industriel/parent d’élèves/agriculteur/association). Chaque groupe s’est ensuite réuni pour discuter de leurs arguments afin d’alimenter un débat sur la loi Egalim qui impose un repas végétarien par semaine aux cantines scolaires.
60% des participants ont répondu que l’agroécologie est un outil pour préserver le « vivant » et qu’il doit être favorisé afin de garantir l’avenir de la planète.

AGRO CHALLENGES permet d’acquérir des connaissances et d’être sensibilisé au concept de l’agroécologie, en essayant, seul ou en équipe, d’apporter des solutions (cultures intermédiaires, projets collectifs, association cultures et élevages, légumineuses…) aux problèmes liés à l’agriculture d’aujourd’hui (érosion des sols, perte de la biodiversité, prix agricoles volatils, alimentation ultra transformée…).

Jeu développé en collaboration avec le Réseau éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale de l’enseignement agricole.
Outre l’instruction qu’il apporte, les échanges partagés au sein d’un groupe hétéroclite dans leurs expériences et connaissances en matière d’agroécologie sont particulièrement enrichissants.

Certains participants ont retenu la diversité des solutions et mentionnent la nécessité du partage des connaissances pour répondre à la complexité des enjeux actuels.

78% des participants évoquent des échanges très enrichissants apportant une vision différente, un partage d’expériences et de connaissances instructifs.

Visite de la ferme expérimentale de Fonlabour

Les élèves de Fonlabour nous ont présenté les projets agro-environnementaux mis en place ou en cours de mise en place sur la ferme école de Bellegarde.

La ferme possède une grande retenue d’eau pour l’irrigation des cultures. Une politique de gestion de l’eau est mise en place afin de limiter les pertes et d’optimiser l’arrosage.

Une parcelle va être consacrée à l’agroforesterie. Des arbres viennent d’être plantés afin de favoriser la production d’humus (matière organique) de zones ombragées qui accueilleront par la suite des cultures voire des pâtures.
Un des projets concerne l’installation de haies autour des parcelles. Ces haies vont permettre de limiter l’impact du vent sur les cultures, créer une protection pour le bétail mais surtout abriter un nouvel écosystème.

Afin de limiter l’érosion des sols, mais également d’enrichir celui-ci en matière organique, le lycée de Fonlabour a décidé de mettre en place des couverts végétaux entre deux cultures principales.

Un projet est porté en partie par le groupe La Poste, qui finance la plantation d’arbres afin de favoriser la séquestration carbone sur une parcelle déjà boisée de la ferme. Cette zone servira « d’espace fraîcheur » pour les employés mais également les habitants du village de Bellegarde.

La mise en place d’un pâturage tournant dynamique permet aux vaches de paître sur une grande parcelle divisée sur un laps de temps court, afin d’éviter un piétinement excessif et de favoriser la repousse.

Un projet de développement de la culture de protéine-végétale notamment le pois est en cours afin d’approvisionner le self de l’école.

Le chef d’exploitation de la ferme est venu à la rencontre des élèves afin de résumer et conclure cette journée.
[source : livret réalisé par les étudiants en M2 GSE VRT de l’INU Champollion d’Albi]

 

Livret complet et Photos à découvrir : https://drive.google.com/file/d/1Lk_1i81qTnks_I2IRnaERQ3EoatE2M-N/view?usp=sharing

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.