L’assiette idéale pour le climat et la santé en ligne de mire

/ Boite à outils

Jeu de positionnement dynamique sur la composition de l'assiette idéale en 2050 pour préserver notre santé et notre planète. A partir du guide "le revers de notre assiette" de SOLAGRO

Origine et objectifs

Jeu conçu par le RED à partir du guide du bureau d’étude spécialisé dans les questions d’agriculture, d’alimentation, d’énergie, de climat en proposant aussi des approches territoriales.

Le guide (téléchargeable en ligne) compile pour la première fois des données scientifiques récentes sur les conséquences sur notre santé et sur l’environnement de nos choix alimentaires. Il aborde également les impacts des modes de production (bio ou conventionnel) sur la production agricole, l’usage des sols. Le guide n’oublie pas de mesurer l’impact des habitudes alimentaires (produit par produit) et le rôle des cuisiniers amateurs ou professionnels dans la nécessaire transition alimentaire.

En s’appuyant sur des données scientifiques récentes et inédites (Solagro, INRA, INSERM) le guide peut permettre d’alimenter de nombreux débats :

– Produire de manière agroécologique permettra-t-il de nourrir le monde ?

– Faudra-t-il se passer des protéines animales dans notre assiette en 2050 ?

– Aura-t-on envie de manger l’assiette idéale pour le climat ?

Le jeu « L’assiette idéale pour le climat et la santé en ligne de mire » s’inspire du jeu Timeline en en proposant ici une version en grand groupe sur le thème de l’alimentation

Les objectifs du jeu sont :

  • de connaître les représentations des participants sur l’impact des choix alimentaires sur la santé, la production agricole et les émissions de gaz à effet de serre
  • de créer du débat sur la question
  • d’encourager les participants à argumenter et à se positionner sur le sujet
  • de découvrir les évolutions souhaitables pour les choix alimentaires et la production agricole

Etapes

1- Découpez les différentes cases (dans le document à télécharger en annexe) de la colonne et distribuez un petit papier produit agricole à chaque participant (ou binôme de participant)

2- Demandez à chaque participant de se positionner en ligne debout ligne, en fonction de la plus forte hausse préconisée, jusqu’à la plus forte baisse préconisée. Ce placement se réalise uniquement en fonction des pourcentages pressentis, en gardant chacun son produit (dites que ce sera + 500 % sans citer le nom du produit à la gauche par ex) et à l’opposé, celui pour lequel la plus forte baisse est souhaitable d’après le scenario AFTERRE qui « préserve notre santé et notre environnement »

3-Une fois que tous les participants sont positionnés en lignechacun dévoile le produit qu’il représente et justifie son choix de positionnement. (Ce peut être également le moment de se présenter à tour de rôle, si le jeu est introduit en tout début de séance)

4-Dévoilez alors le classement proposé par «Afterre», reformez la ligne avec ces données.La discussion peut alors être entamée, en vous appuyant sur le rapport «Le revers de notre assiette» réalisé par Solagro, et reportez-vous en particulier sur les pages 26 à 29

 

 

 

Réflexions et prolongements

5-Une fois la ligne réorganisée, vous pouvez commencer une discussion (impressions, questions, surprises, cela vous semble-t-il faisable ? souhaitable ?) en vous appuyant sur le rapport et en partie les pages 26-29 du guide Le Revers de notre assiette – Solagro téléchargeable ici : https://solagro.org/images/imagesCK/files/publications/f85_le-revers-de-notre-assiette-web.pdf

Le Guide propose de nombreuses autres statistiques qui peuvent se prêter à la même activité sur : les surfaces agricoles nécessaires par type de produit et de mode de production (Bio ou conventionnel), le nombre de traitements insecticides…….

Aussi, suite à quelques tests et questions de participants, nous avons consulter les auteurs du guide et du scénario AFTERRE. Voici leurs réponses sur l’augmentation de la consommation d’huile, le maintien d’une consommation de café ou d’alcool ou encore la présence de fruits de mer :

 » L’objectif est d’aller vers une assiette plus végétal et plus bio. Dans le scénario Afterres2050 nous avons misé 50% de bio en 2050 mais pourquoi pas plus. 

L’assiette Afterres a été initialement largement basée sur les travaux portant sur le régime méditerranéen mais aussi bio. En effet, une première enquête sur les consommateurs bio  avait déjà été effectuée en 2013 et donnait à peu près les mêmes résultats que la figure 1 page 13 issu du projet BioNutriNet (ce régime est visible dans la brochure Afterres2050). L’huile végétale augmente de 50% mais le beurre baisse. Et l’on sait qu’avec ce régime on atteint une meilleure adéquation  aux besoins nutritionnels (cf figure 1 page 18 ) sauf pour la vitamine B12. Il en est de même de l’adéquation aux recommandations du PNNS4. Dans la brochure on compare au PNNS1 car le PNNS4 n’était pas encore sorti . cela va encore discriminer encore plus les bio des non bio (comme passer de 3 produits laitiers par jour à 2, ou limiter sa consommation de viande ou consommer des produits végétaux non contaminés par les pesticides)

On réduit en gros la consommation de viande et des produits laitiers par 2. On peut bien sûr aller plus loin (régime végétalien ou végan). Pour un scénario global cela nous parait plus réaliste. Il s’agit en gros de s’aligner sur le régime des consommateurs bio actuel. Bien sur un régime végan permet de réduire encore plus les émissions de GES d’une assiette avec un effet bénéfique pour la santé (cf page 23 et 31). 

Il est aussi très important de réduire nos surconsommation donc de manger moins.

Tout le monde n’est pas prêt a stopper toute consommation de vin. On diminue celle-ci de 42% .

Il faut que notre assiette reste crédible et désirable sinon personne ne va l’adopter .

Peut-être pour le café et le chocolat il faudra aller beaucoup plus loin. Nous n’avons pas à ce jour poussé plus loin cette question. 

Concernant le poisson et les coquillages, nous travaillons actuellement avec l’IFREMER pour aller plus loin dans le scénario. Nous n’avons pas à ce jour détailler l’explication.

On a fait le pari que nous pourrions augmenter la production  d’huitres, de moules et des autres coquillages. La partie est loin d’être gagnée et la production d’huître en France est menacée par la qualité de l’eau et le réchauffement climatique. cette production est même en baisse. 

Voici quelques extraits graphiques du rapport :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.