Débat mouvant

/ Boite à outils

Une forme de débat dynamique où tout le monde est impliqué et prend physiquement position.

Origine et objectifs

débat mouvantLe débat mouvant (encore appelé Jeu de positionnement) est une forme de débat dynamique qui favorise la participation – Définition Outils-réseaux

❚ Mettre les participants en position active de réflexion et d’interrogation critique.
❚ Susciter l’intérêt, l’interrogation et le débat au sein du groupe.
❚ Déconstruire les préjugés sur la question.
❚ Faire émerger des pistes de réponses.

Toutes les problématiques peuvent être abordées par cet outil (Agroécologie, Climat, Alimentation, Rencontre interculturelle…)

Etapes

L’animateur du jeu présente une série d’affirmations.

A chaque assertion formulée, chaque personne du groupe doit se positionner physiquement :

❚ soit à la droite de l’animateur, si elle est d’accord avec l’affirmation ;
❚ soit à gauche, si elle n’est pas d’accord ;
❚ Il vaut mieux interdire la position intermédiaire.

Après chaque affirmation, une fois que toutes les personnes se sont positionnées, l’animateur les questionne et les laisse s’exprimer :

Pourquoi celles qui se sont positionnées à droite sont-elles d’accord avec l’affirmation ? Pourquoi celles à gauche ne sont-elles pas d’accord ? Commencer par les arguments du groupe le plus petit.

En fonction du temps disponible, l’animateur évite le débat « on ne répond pas à l’argument précédent mais on apporte un nouvel argument », ou laisse les personnes débattre entre elles, demande des précisions, fait reformuler les arguments qui ne pourraient pas sembler clairs, voire relance le débat.

Les personnes peuvent changer de camp si les arguments sont convaincants.

Suivant le temps disponible et la réaction des participants, on n’utilise que 4 ou 5 phrases.

Exemples de phrases de débat mouvant sur le thème de l’Agroécologie :

  • Pratiquer l’agroécologie, c’est revenir à l’agriculture d’autrefois.
  • La transition agroécologique ne dépend pas de la volonté des agriculteurs.
  • Les consommateurs, par leurs choix, sont responsables des modèles agricoles de production.
  • L’agroécologie est possible partout et pour toutes les productions.
  • L’agroécologie est plus productive que l’agriculture conventionnelle.
  • La transition agroécologique est déjà en cours.
  • L’agroécologie n’est pas une réponse à la faim dans le monde.
  • L’agroécologie permet de lutter contre la déforestation et l’accaparement des terres.
  • Les agriculteurs gagnent moins en pratiquant l’agroécologie.
  • La mise en place de pratiques agroécologiques est le fruit de compromis et d’arbitrages de la part des agriculteurs.
  • L’agroécologie demande plus de mains-d’œuvre et de compétences.
  • L’agriculture biologique (ou l’agriculture raisonnée,la permaculture, l’agriculture intégrée, l’agriculture écologiquement intensive, l’agriculture de conservation…) est une forme d’agriculture agroécologique.

Affirmations utiles pour débattre en classe après avoir joué au jeu de AGROCHALLENGE (le jeu de l’Agroécologie) par exemple

Autres affirmations avec éléments de réponses sur d’autres sujets en pièce jointe (Phrases des q-sort)

Réflexions et prolongements

Variante ou prolongement

L’animateur propose de nouvelles cases.

Pour chaque groupe « d’accord / pas d’accord », il demande de se positionner en « capable /
pas capable » ou en « concerné / pas concerné ».

Le groupe est alors séparé en 4 catégories. L’animateur demande les arguments des divers groupes. De la même manière, les participants peuvent changer de camp.

Toutes les phrases ne sont pas adaptées à cette variante.

L’animateur ne conclue pas mais oriente les participants vers un travail de groupe. Il aura préparé à l’avance quelques questionnements.

L’animateur conclut en apportant des éléments de réponse. Sans toutefois se placer comme le détenteur de la vérité, il fait la synthèse de tous les arguments exprimés et qui se révèlent exacts, apporte des compléments d’informations, des explications, et nuance lorsque cela est nécessaire. L’idée est bien de montrer qu’il n’existe pas une vérité, et que la réponse est souvent complexe.
Trop souvent, on se place en fonction de nos préjugés sur la question.

Pour animer le débat et apporter des éléments de réponses, l’animateur doit au préalable bien maîtriser le contenu ou s’entourer d’un expert de la question.

Vous pouvez proposer vos propres phrases. Il faut alors faire des phrases courtes et affirmatives, suffisamment complexes ou caricaturale (pour vous) pour que la réponse ne soit pas tranchée.

Cet outil se rapproche d’un autre outil de débat le Q-sort (où les participants débattent et se positionne en plus petits groupes au départ)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.